Autres
Histoire
Sites à voir
Autres
Autres
Autres
Autres
Événement
Accès
À proximité

Jardin à couper le souffre au milieu des grattes-ciel de Shiodome dans l’arrondissement de Chūô, à l’embouchure de la Sumida dans la baie de Tokyo. Jardin Hama-Rikyū est connu pour une seule lagune de la marée montante à Tokyo, Shioiri-no-ike. Son origine est un des jardins de Daimyo les plus vieux à Tokyo, et se situe comme un bien culturel important du Japon. Pendant l’époque d’Edo, les locaux du jardin servaient de campement et de terrain de chasse au faucon pour le clan Tokugawa. Après la fin de l'ère féodale, il a servi de villa pour la famille impériale. La belle nature dans les jardins crée une atmosphère agréable et sereine.

Histoire du Jardin Hama-Rikyū

L’époque d’Edo

Pendant la période Kanei (1624-1644), le clan Tokugawa a gouverné la zone qui est actuellement le jardin Hama-Rikyū. Bien que de nos jours, il est connu pour son magnifique paysage et sa verdure, il ne ressemblait pas à son état actuel au cours de ses premiers jours.

La région était vaste et très dénudée, et était utilisée par le premier shogun, Ieyasu, et le troisième shogun, Iemitsu, comme champ de chasse au faucon. Ieyasu et Iemitsu ont visité cette région mille fois pour chasser les lapins et les canards.

Après avoir été utilisé comme champ de chasse pendant vingt ans, Tsunashige, le troisième fils d'Iemitsu, fut le premier à utiliser ce champ dans un but différent.

Lorsque Tsunashige reçut cette terre d'Iemitsu, il remplit la terre et construisit sa propre propriété. Il a nommé le domaine « Kofu Hamayashiki ».

Plus tard, quand Ienobu, le fils de Tsunashige, fut nommé sixième shogun, le complexe devint la propriété de la famille du shogun. Il a ensuite été rebaptisé « Hama Goden » (Goden signifie un composé pour la classe supérieure).

Ienobu a bouleversement remodelé le complexe, en construisant un chashitsu (salon de thé) et un jardin japonais. Les shoguns de succès ont continué à réformer la terre, et pendant la reine du 11ème Shogun Ienari (1787-1837), le composé était complètement complet tel qu'il est maintenant.

Post-Edo et Hama-Rikyū d’aujourd’hui

Après la restauration de Meiji (vers 1860-1870), la terre fut accordée à la famille impériale et fut rebaptisée « Hamarikyu ».

Malheureusement, des événements catastrophiques tels que le Grand Séisme de Kanto (1923) et la Seconde Guerre mondiale ont détruit presque tous les bâtiments historiques et les arbres dans le jardin.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Hama-Rikyū fut reconstruit par le gouvernement métropolitain de Tokyo et ouvert au public en avril 1946.

Shioiri-no-ike


Étang de marée

Hama-Rikyū est un seul jardin détenant la lagune de marée montante. Elles étaient plus nombreuses dans les parcs, tels que les anciens jardins Yasuda et les jardins Kiyosumi, mais ils ne tiraient plus d'eau de l'océan.

Traditionnellement, elles étaient plus populaires et plus nombreuses mais depuis un moment donné elles étaient plus là. Dans la partie est du Hama-Rikyū se trouve une vanne pour ajuster le niveau de l’eau en harmonie avec la marée.

Otsuai-bashi et Nakajima-no-ochaya


Salon du thé

Flottant dans le centre de la lagune est un petit ile appelé Nakajima. Ici, vous pouvez vous détendre et prendre des poses, car il y a un salon de thé japonais. Il servait du matcha (thé vert) et quelques desserts traditionnel japonais à prix de 500 yen à 700 yen.

Il y a deux sièges traditionnels de tatami et des sièges de table (mais bien sûr, nous vous recommandons les sièges Tatami)! Les sièges de tatami d'intérieur sont parfaits pour profiter des ambiances traditionnelles japonaises, mais par temps clair, les sièges de table placés à l'extérieur sont bien aussi.

Cet Ochaya, ou salon de thé, a d'abord été construit par le shogun Ienobu en 1707. Bien qu'il ait été continuellement détruit dans des incendies après des incendies, l'ochaya a été reconstruit à plusieurs reprises, avec celle de dernier en 1983.

Sur l'île, vous pouvez trouver un jardin paisible avec des expositions d'accessoires traditionnels japonais.


Pont Otsuai-bashi

Un pont de 118 mètres, appelé Otsuai-bashi, relie Nakajima à ses terres environnantes. Initialement construit par Ienobu, le pont a été plus tard reconstruit en utilisant le bois de hinoki, apporté de la préfecture de Kochi.

Au total, il y a trois ponts vers Nakajima, et le plus long avec une île encore plus petite au milieu du pont n'est autre que Otsutai-bashi.

Matsu-no-ochaya et Tsubame-no-ochaya


Matsu-no-ochaya (salon du thé)

Bien qu'il y ait deux ochayas de plus, le seul ochaya actuellement en service est celui de Nakajima. Les deux autres, Matsu-no-ochaya et Tsubame-no-ochaya, sont situés dans le jardin.

Les shoguns de Tokugawa ont utilisé ce bâtiment pour s'engager dans Ikebana (arrangements floraux japonais), waka (poésie japonaise) et les repas avec leurs invités. Les deux salons de thé ont été construits à l'époque d'Edo, mais ils ont été incendiés pendant la Seconde Guerre mondiale en 1944.

Avec l'aide de l'Association du Parc Métropolitain de Tokyo, Matsu-no-ochaya a été reconstruit en 2010 et Tsubame-no-ochaya en 2015.


Tsubame-no-ochaya (salon du thé)

Malheureusement, l'intérieur de Tsubame-no-ochaya n'est pas ouvert au public, mais Matsu-no-ochaya est ouvert pour une visite guidée tous les jeudis de 13h à 15h.

Les visites guidées de Matsu-no-ochaya se font en groupes de 25, avec un volontaire qui guide la salle pendant les sessions de 20 minutes. Bien que les visites se déroulent uniquement en japonais, c'est une excellente occasion de jeter un coup d'œil sur l'intérieur d'un salon de thé traditionnel japonais.

Sanbyakunen-no-matsu - pins tricentenaires


Le pin âgé de trois siècles

Entrant dans le jardin d'Ote-mon, vous trouverez un pin massif. Ce pin noir a été planté en l'honneur d'Ienobu, applaudissant sa grande reconstruction du jardin.

Depuis la reconstruction du jardin a eu lieu au début de l’époque d’Edo, on peut calculer que cet arbre a au moins 300 ans. En raison de son aspect plutôt volumineux et robuste, le pin ressemble à plusieurs arbres plus petits. Cependant, vous pouvez clairement voir qu'il est en effet juste un pin robuste en trouvant sa tige large.

La façon dont il se dresse majestueusement est incroyable, et vous pouvez sûrement sentir la profondeur de son histoire.

Le jardin fleuri juste à côté des pivoines a des fleurs de canola au printemps et du cosmos à l'automne. Les fleurs de canola et le cosmos sont des fleurs représentant leurs saisons respectives au Japon. Chaque année, ils signifient quand la nouvelle saison est juste autour du coin.

Site de chasse aux connards sauvages

Il y a deux sites de chasse aux canards à Hamarikyu, "Koshindo Kamoba" et "Shinsenza Kamoba" et tous les deux ont été construits et utilisés à partir des années 1700, bien que les deux ne soient actuellement pas utilisés.

Il n'y a plus que cinq sites de chasse au canard au Japon, et ces deux sont les seuls dans la région de Tokyo. Sur les terrains de chasse, il y a des expositions d'une hutte traditionnelle et de l'équipement effectivement utilisé à cette époque.


Jardin de fleurs (

La chasse au canard sauvage a commencé à l'époque d'Edo et a atteint son apogée lors du 11e shogun, sous la règne d'Ienari. Ce champ a été fréquemment utilisé jusqu'à la fin de la période Edo, et il est devenu inutilisé à l'ère Meiji. Le champ était épuisé et vide, mais plus tard a été équipé une fois de plus et utilisé jusqu'à 1944.

Le style et la technique de chasse ont été bien pensés. Ils utilisaient des appâts et des canards bien entraînés pour attirer les canards sauvages dans un coin et utilisaient un filet spécial appelé «Sadeami» pour attraper les canards sauvages sans les blesser.

Ceux qui tentaient d'échapper au filet ont été capturés par des faucons, afin d'empêcher les canards sauvages en fuite de signaler d'autres canards des chasseurs et les risques.

Il y a une pierre monumentale appelée "Kamozuka" construite en 1935 pour tous les canards qui ont été chassés.

Événement

Ouverture spéciale du Nouvel An - 正月開園

Ouverture spéciale du Nouvel An, Shôgatsu-Kaien, se tient le 2 et le 3 janvier chaque année. Vous pouvez faire l’expérience grâce à cet événement de la variété de la culture japonaise traditionnelle telle que Hagoita (jeu de volant japonais), Koma-mawashi (toupie japonaise) et la démonstration de fauconnerie.

Le café et la visite guidée de Nakajima fonctionneront comme d'habitude. Faites attention, le calendrier des événements se diffèrent selon chaque année et n’hésitez pas de vous assurez les programmes sur le site web.

Accès

Station la plus proche:
・gare de Shimbashi 新橋駅 (JR JT02 / JK24 / JY29 / JO18, métro de Tokyo G08, Toei A10, Yurikamome U01)

Depuis la gare de Shinjuku 新宿駅

【Shinjuku】ー Ligne JR Yamanote / pour Shibuya
→【Shimbashi】Depuis la sortie Karasumori → environ 10 minutes à pied

Depuis la gare de Tokyo 東京駅

【Tokyo】ー Ligne JR Yamanote / pour Shinagawa
→【Shimbashi】Depuis la sortie Karasumori → environ 10 minutes à pied

Depuis l'aéroport de Narita 成田空港

【Gare de l'aéroport de Narita】ー Ligne d'accès Sky Keisei Narita / pour l'aéroport de Haneda
→【Shimbashi】Depuis la sortie A1 → à environ 10 minutes à pied

Depuis l'aéroport de Haneda 羽 田 空港

【Aéroport de Haneda】ー Ligne Keikyu / pour Shinagawa
→【Shimbashi】Depuis la sortie A1 → à environ 10 minutes à pied

Information

Address
1-1 Hamarikyu-teien, Chuo-ku, Tokyo
Phone
03-3541-0200
Hours
09:00 à 17:00(dernière entrée à 16:00)
Closed
Ouvert toute l'année
Fee
Adulte:¥300 
65 ans et plus:¥150 
Guide
【Japonais】
  Les vendredis, samedis et jours fériés à partir de 11:00 et 14:00.

【Anglais】
  Les samedis à partir de 11:00 et dimanche à partir de 14:00.

Destinations à proximité